Rechercher
  • egoconscience33

Pourquoi vouloir un Chef.

Pourquoi vouloir un Chef.

Pourquoi désirer être soumis. Je me pose la question. Quelle idée étrange. Vouloir un roi, un prince, un président, un empereur, un maître, un messie, un sauveur pour diriger notre vie. La seule raison de souhaiter avoir un supérieur, se soumettre à une autorité, c'est que l'on veut se déresponsabiliser, ne pas assumer les choix que la vie nous impose de faire. En se déresponsabilisant, on donne notre consentement librement à un homme qui ne vaut pas mieux que nous. En faisant un tel choix, nous n'avons aucun contrôle sur notre vie que finalement nous subissons.

Alors l'image du chef agit sur le plan social de la même manière que l'image du père agit sur le plan psychologique. En effet, la plupart des enfants se soumettent à l'autorité du père consciemment, par contre inconsciemment les désaccords, les colères, les frustrations, etc, construisent le conflit inconscient de l'enfant.

A l'adolescence, le conflit inconscient se rejoue pour donner au sujet la possibilité de le dépasser car ce cap franchi, il sera en âge de devenir parent. Ainsi, il ne devrait plus être soumis à son père, s'il veut se réaliser en tant que parent de son enfant.

A défaut, il y a de fortes chances qu'il transmettent des éléments de ses névroses à ses enfants.

Par conséquent, à l'âge adulte nous devrions avoir toutes et tous réglés nos problèmes avec nos parents. Malheureusement, mon observation des rapports sociaux, surtout au sein des entreprises, me fait constater que c'est loin d'être le cas. Le concept psychosocial de la soumission à l'autorité montre comment l'individu se soumet à l'autorité mais la raison pour laquelle il se soumet est dû à son conflit inconscient qu'il n'a pas résolu.

Cette soumission sociale inconsciente, je l'ai observée lorsque j'ai vu un collègue se faire passer un savon par son supérieur hiérarchique sans rien dire, je l'ai vu quand une collègue s'est fait réprimander sèchement pour être arrivée en retard. J'ai constaté qu'ils adoptaient la place d'un enfant qui se faisait disputer par son père, alors qu'ils avaient pourtant la responsabilité de leurs enfants.

Par conséquent, ces types de rapports hiérarchiques sont malsains et ne participent pas à l'équilibre psychique des employés comme des chefs. De plus, ils entretiennent le conflit inconscient du salarié et de son supérieur hiérarchique vu que l'un régresse, face à une autorité, au stade d'enfant, et l'autre se prends pour un père que dispute ses enfants pour une faute.

De quel droit les supérieurs hiérarchiques se permettent-ils de hurler sur leurs subordonnés. La seule raison qui explique ce comportement est la peur de l'employé de ne pas avoir de prime ou de perdre son travail. En effet, la majorité des responsables que j'ai croisés dans mon parcours professionnel étaient loin d'être des guerriers ou des combattants. Je veux aussi souligner le fait que le chef se permet ce comportement car il se sent supérieur sur tous les plans à son subordonné, mais surtout il se sent protégé par son statut social. C'est le statut social qui produit ce type d'interaction car dans la rue, c'est-à-dire hors de la sphère « travail », ils ont rarement cette attitude, il longe plutôt les murs.

Ainsi, plus le statut social est élevé, plus les codes sociaux leurs procurent des avantages et des privilèges notamment sur le plan comportemental.


Alors, respecter l'autorité si elle le mérite, c'est raisonnable, mais s'y soumettre ne l'est pas.

La première chaîne à briser, c'est bien celle de la soumission à l'autorité. Cependant, il faut être souple comme le roseau, il ne s'agit pas de se placer dans une situation conflictuelle face au système comme peuvent le faire les marginaux, ou plutôt comme on dirait en psychologie sociale avoir un comportement déviant par rapport à la norme. Le mieux est de se sortir petit à petit, à notre rythme, de ce système et de le faire ainsi consciemment.

Je ne prêche en aucun cas la violence, bien au contraire. Mon discours est de vous demander de devenir autonome, indépendant, conscient du système dans lequel nous vivons.

L'histoire nous a montré que les révolutions des peuples n'ont en rien amélioré leur vie. De plus, elles ont toujours été meurtrières. Rendons-nous à l'évidence, cela ne fonctionne pas. Si le but des révolutions est de vivre dans une société plus harmonieuse, plus concordante, plus bienveillante alors tous les individus doivent devenir plus harmonieux, plus concordants et plus bienveillants par eux-mêmes. Ainsi, il n'y a que nous qui pouvons modifier notre personnalité pour mieux vivre ensemble. Cela ne dépend que de nous. Je suis loin d'être le premier à le dire mais j'aurais tant espérer être le dernier. Pour conclure, vouloir un chef c'est se soumettre à la peur de se responsabiliser et d'assumer la difficulté de vivre en Conscience, de faire face à soi-même et aux autres. Arrêtons de donner notre consentement librement à un autre individu, gardons pour nous notre libre arbitre et émmancipons-nous.


Notre liberté en dépend.

1 vue

Posts récents

Voir tout

Pour détendre.

La coudée royale égyptienne. Je regardais une vidéo sur le documentaire « Grande Pyramide K2019 » pour savoir si des informations nouvelles avaient été découvertes sur ce sujet. Quand le réalisateur c

La compétition sociale.

La compétition sociale. Mes parents m'ont éduqué en me préparant à cette compétition sociale, à base de « T'as fait tes devoirs. Il faut avoir ton bac, si tu veux un bon boulot. » Je n'ai pas eu mon b

Me suivre

  • Facebook Social Icône
  • Instagram - White Circle
  • Twitter - White Circle

Égo et Conscience, Créé avec Wix.com