Rechercher
  • egoconscience33

La compétition sociale.

La compétition sociale.

Mes parents m'ont éduqué en me préparant à cette compétition sociale, à base de « T'as fait tes devoirs. Il faut avoir ton bac, si tu veux un bon boulot. » Je n'ai pas eu mon bac, j'ai été appelé sous les drapeaux.


Ensuite, j'ai eu un bon boulot, mais mal payé. J'ai relevé des challenges dans mon parcours professionnel, j'ai dépassé le million de chiffres d'affaires. J'ai inventé un instrument de chirurgie en ophtalmologie qui a permis au chirurgien d'opérer en ambulatoire. Que d'économie pour l'État.

J'ai changé de métier et pour y parvenir j'ai dû faire des études. Alors, en six ans, j'ai passé le D.A.E.U. l'équivalant du bac, une licence en science de l'éducation et j'ai dû interrompre la fin de ma maîtrise de psychologie clinique. Résultat, en six j'ai acquis l'équivalent de huit ans d'études. Néanmoins, il fallait retourner au chagrin, c'était une injonction étatique.

J'ai retrouvé un petit boulot. Tout ça, pour ça. Mais si j'en suis là, je sais pourquoi. Je n'ai jamais compris la relation entre travail et bonheur ou être heureux au travail. Avoir la chance d'avoir un travail, aujourd'hui dans notre société, d'accord, mais être heureux ou m'épanouir au travail, je ne comprends toujours pas l'idée. Plus de trente ans que je travaille et tous les matins j'ai l'impression de participer au marathon de New-York. Quelle joie, que du bonheur.

Par ailleurs, les valeurs défendues dans le domaine professionnel ne m'ont jamais donné envie de me faire un réseaux pour construire une carrière.

De plus, je n'ai jamais cherché à développer ma personnalité sociale. Jouer un rôle. Pourquoi faire ?J'ai les mêmes comportements, les mêmes idées et opinions, si on me demande mon avis je le donne même s'il peut déplaire. Je ne peux pas être consciemment discordant avec moi-même. Je n'ai jamais compris pourquoi, lors d'un entretien d'embauche, on se présentait socialement (Égo) au lieu de se présenter personnellement (Moi). Les entreprises préfèrent des salariés dynamiques, sérieux, force de propositions que des salariés loyaux, honnêtes et équilibrés.

Ça pose tout de suite le décors. Les règles de la compétition sont claires. A vos marques. Prêts. Partez.

Le monde du travail est un monde égotique, en aucun cas il est conscient. Il n'y a qu'à constater le nombre de catastrophes industrielles alimentaires, pétrolifères, nucléaires, pour se rendre compte que la Conscience est absente. Je ne parlerais pas de l'industrie de l'armement ou de la misère que l'économie génère.

Voilà où nous mène le dynamisme, le sérieux et la force de propositions. Mais, le pire ce sont les règles économiques qui produisent notre monde professionnel. Vous pouvez l'appeler « néo-capitalisme libéral » ou autrement, c'est du capitalisme et il ne peut fonctionner que sur un monde déséquilibré économiquement. C'est-à-dire qu'il ne peut pas exister sans pays pauvres économiquement. C'est donc un système compétitif car tous veulent devenir riches, par conséquent un système produit par l'Égo.

Où est le bonheur ici.

Nos Égo nous font accepter ce système compétitif, ce ne sont pas nos Consciences. Lorsque nous sommes dans l'Égo, nous nous éloignons de notre humanité.

Ainsi, il est plus facile de ne plus voir l'autre à notre image quand nous le considérons comme un concurrent.

C'est pour ces raisons que notre civilisation est encore trop animale et pas assez humaine, donc insuffisamment Consciente.

2 vues

Me suivre

  • Facebook Social Icône
  • Instagram - White Circle
  • Twitter - White Circle

Égo et Conscience, Créé avec Wix.com